Pédagogie par projet : un premier retour d’expérience

Cela fait quelques temps que nous travaillons à partir de mini-projets avec nos étudiants de BTS IRIS, il me paraît intéressant de faire un retour sur un de ces projets (le dernier, en l’occurrence) qui portait sur « réseaux : services & infrastructure ». Il s’est déroulé sur 2 semaines ce qui correspond à 38 heures au total.

1 – Les objectifs visés

Le but  est donc de créer une situation d’apprentissage à partir d’un projet,  support de découvertes et d’apprentissages pour les étudiants. Les compétences visées (définies par le référentiel de la formation) durant cette période étaient :

– rechercher des informations adaptées aux interlocuteurs
– travailler en équipe
– prévenir les risques d’échec dans la mise en œuvre d’une solution au cours d’un projet
– déployer une application Client/Serveur sur 2 machines hétérogènes
– installer des services techniques internet

2 – L’organisation

Pour travailler tout cela, nous avons défini 2 architectures types (qui sont critiquable)  dont l »une est présentée ci-dessous :

 

architecture réseau avec sites distants

 

l’autre architecture regroupe toutes les machines sur un même site et utilise un switch de niveau 3 pour définir les groupes de machines.

Le travail a alors été découpé en 12 tâches, chacune impartie à un binôme. Ces tâches correspondaient à 2 activités principales :

– configuration de services : serveur SVN, serveur FTP, serveur Web, Active Directory, DNS, DHCP, serveur Samba, serveur Nagios,
– configuration de l’infrastructure : routeurs, switch, firewall (2 solutions étaient proposées).

Nous avons proposé aux étudiants d’utiliser un journal de bord (comme proposé en stage par certains tuteurs) pour archiver au jour le jour les manipulations effectuées, les découvertes, …

3 – l’évaluation

Pour ce qui est de l’évaluation, nous avons demandé aux étudiants de rédiger :

– une fiche de synthèse par binôme présentant leur travail à partir du cahier des charges (la configuration réalisée) et l’aspect théorique du service ou matériel étudié.
– une fiche personnelle d’analyse du travail et des apprentissages réalisés : qu’est-ce que j’ai appris sur le sujet et sur mes méthodes de travail ?

La grille d’évaluation de ce travail était planifiée comme suit (cette grille a été définie avec les étudiants comme proposé par Amaury Daele) :

  • respect du cahier des charges :
    • 6 points si tout est validé
    • 4 pts si les bases sont correctes
  • travail en équipe :
    • 6 pts si le travail de l’équipe s’intègre avec 2 autres équipes,
    • 4 pts si les bases sont correctes
  • rédaction de documents professionnels (fiche de synthèse)
    • 4 pts si c’est clair et complet
    • 3 pts s’il manque quelques informations
  • analyse personnelle du travail
    • 3 pts si l’analyse est pertinente
    • 2 pts si l’analyse existe
  • bonne humeur : 1 pt

Pour pimenter un peu le travail, il est prévu que les étudiants fassent une présentation orale de la fiche de synthèse en janvier : l’objectif n’est pas de les ‘planter’ mais de voir avec eux comment documenter un travail pour pouvoir le reprendre après un certain temps.

4 – Maintenant que les étudiants se sont bien creusés la tête, où en est-on ?

-Les étudiants se sont bien impliqués dans ce travail et ont travaillé sérieusement dans l’ensemble.
– Quelques services tournent convenablement (DHCP, FTP, Web, AD) et l’infrastructure est à peu près convenablement configurée (routage statique, VLAN fonctionnels, firewall avec DMZ fonctionnel, seul le firewall basé sur Iptables n’est pas fonctionnel).
– Les fiches de synthèses sont presque toutes réalisées. La présentation théorique est parfois très intéressante, la présentation de la réalisation laisse à désiré (très superficielle, inexploitable, très peu d’informations précises).
– Les étudiants n’ont pas pris la peine de rédiger une fiche d’analyse personnelle.
– La grille d’évaluation n’est pas assez précise dans la définition de la qualité d’un critère.

5 – Et que pouvons-nous en tirer ?

Cette démarche par projet est motivante et suscite le travail des étudiants. Il apparaît qu’ils ont toujours du mal à restituer leur travail et à analyser ce qu’ils ont appris. L’utilisation du journal de bord n’est pas bien maîtrisée, ce qui ne facilite pas la production finale attendue.

Il me semble qu’ils ont spécialement du mal à analyser leurs pratiques et leurs démarches. Il faut sans doute plus insister sur cette phase en prenant le temps de faire des synthèses collectives (portant sur les méthodes et les contenus) afin de les initier à cette pratique et de leur donner des pistes pour leur réflexion personnelle.  J’ai l’impression que nos étudiants cantonnent l’école à une institution où l’on apprend des savoirs et savoirs-faire métier beaucoup plus que de méthodes de travail génériques (compétences transversales, learning outcomes, …). Ils ont du mal à passer de ‘apprendre’ à ‘apprendre à apprendre’. J’ai l’impression de buter sur la maturité des étudiants mais peut-être suis-je trop ambitieux ? N’hésitez pas à donner votre point de vue …

PS : pour les amateurs, voici les documents élaborés pour cette quinzaine : fiche de TP, cahier des charges, grille d’évaluation, architecture sur un seul site, architecture sur sites distants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :