Ca implique et ça motive !

A la fin d’un module d’ « autoformation assistée », une relecture avec les étudiants permet de faire ressortir les  points forts de la quinzaine : collaboration, partage, apprendre à apprendre, développement de l’esprit critique … Ça implique et ça motive.

learning BY nebbsen (cc by-nc)

Cela fait un moment que j’essaie de développer chez les étudiants des méthodes de travail et une analyse réflexive sur le travail réalisé. Aujourd’hui se termine une quinzaine consacrée au développement de site web (HTML, CSS, javascript). Et au moment de la relecture du module voilà quelques idées fortes qui ont surgi :

1 – C’est dur d’être satisfait de son travail

Cela concerne essentiellement le design du site produit. Nous avions commencé la quinzaine en regardant plusieurs sites web, des moches et des beaux pour essayer de chercher ce qui fait un bon design (il me semble important de leur faire prendre conscience qu’un site d’étudiant, ça se repère comme le nez au milieu du visage). Finalement, après quinze jours de travail où ils ont plusieurs fois recommencé leur travail, ils arrivent à un résultat beaucoup plus crédible que leur premier jet mais qui nécessiterait encore du travail (et oui ! web designer, c’est un métier ! mais ça n’est pas l’objectif premier  de notre formation …) Il me semble que c’est une bonne situation pour développer l’esprit critique et donner envie de peaufiner son travail :

« Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage. » (N. Boileau)

2 – Les contraintes sont enrichissantes

J’entends par contrainte un cahier des charges et un délai à respecter. Cela permet d’avoir un but, de savoir où l’on veut aller, de donner un contexte et du sens à ce que l’on apprend. C’est un élément stimulant et motivant de l’activité : « On prend conscience qu’il faut apprendre à gérer son temps et faire face à l’imprévu ». C’est aussi une contextualisation professionnelle. Cependant, il ne faut pas tomber dans le piège du projet pour la production finale : l’objectif premier est l’apprentissage ! (cf. ici)

3 – C’est bon d’apprendre à apprendre

La quinzaine s’est essentiellement structurée autour de séances sur PC, avec des ressources proposées dès le début du module. L’idée était de favoriser l’auto-apprentissage. Dès le début, j’avais prévenu qu’il était normal qu’ils commencent par découvrir les outils et langages et que petit à petit, il faudrait rentrer dans le cadre du projet pour aboutir à la production finale. Chacun a pu avancer à son rythme et choisir ses sources de référence (qui n’étaient pas forcément celles proposées). Cela a été bien vécu par chacun et considéré comme bonne raison de s’impliquer. De même, ils ont pris le temps d’apprendre les uns des autres, de s’enrichir mutuellement, chacun partageant ses découvertes. Cela me semble essentiel dans l’objectif de développer leur potentiel de collaboration. Enfin, « il y avait une bonne synchronisation entre les apports théoriques et la pratique » : quand les étudiants étaient confrontés à une difficulté, on prenait le temps d’expliquer la difficulté, de réfléchir aux possibilités pour la surmonter et de voir la meilleur une bonne solution.

Ils ont aussi émis une critique sur les réponses (trop vagues) aux questions qu’ils posent. J’ai pris le temps de leur expliquer que je souhaite que ce soit eux qui trouvent la solution, que mon rôle est de renvoyer la question en miroir (en la reformulant, la précisant, …) pour les aider à découvrir cette solution. L’idée est bonne est louable, il est vrai que la pratique n’est pas parfaite : j’ai des progrès à faire  😉 !!!

4 – On est plus productif avec un bon outil

J’avais laissé libre choix aux étudiant sur l’outil à utiliser pour développer leur site (Notepad ++, Aptana, Kompozer, Visual Studio, …). A la fin du module, il est ressorti qu’un éditeur de texte ne permettait pas de valider le code produit et limitait de fait la productivité. Même si c’est évident, je trouve bon qu’ils vérifient par eux-même que le choix d’un outil est très important.

Ces remarques valident une analyse collective  pertinente, ce qui est tout à leur honneur. Il reste à travailler cette compétence de façon plus personnelle …

Certains étudiants m’ont avoué que cela fait très longtemps qu’ils n’avaient pas passé autant de temps chez eux sur un travail scolaire. Voilà qui me semble un bon indicateur d’investissement et de motivation

Ce temps de relecture a été, semble-t-il, bien apprécié. Il me paraît de plus en plus important :

  • d’expliciter la démarche pédagogique suivie  : ils peuvent très bien comprendre si on en parle simplement et cela leur fait prendre conscience du bien-fondé du travail demandé.
  • d’aider les étudiants à formaliser les apprentissages qu’ils font.

Qu’en pensez-vous ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :