Grille graduée de compétences professionnelles

Il existe de nombreux référentiels de compétences professionnels, je suis tombé sur l’un d’entre eux, développé dans le cadre d’un projet européen sur les compétences des migrants (version originale). Il a l’intérêt de présenter explicitement des niveaux de maîtrise pour chaque compétence, du novice à l’expert.

équipe de professionnels CC0

équipe de professionnels CC0

Les compétences sont regroupées en 3 catégories :

A – A travers le monde du travail

  • Adaptabilité et flexibilité
  • Motivation
  • Sens des responsabilité
  • Gestion du temps

B – Compétences sociales

  • Communication
  • Travail en équipe
  • Gestion des conflits
  • Écoute

C – Atteinte du résultat

  • Prise de décision
  • Résolution de problèmes
  • Créativité et innovation
  • Pensée critique et pensée structurée

Cette approche me semble intéressante et j’ai donc pris le temps de le traduire en français pour qu’il soit plus facilement exploitable. Vous pouvez le consulter ci-dessous ou le télécharger ici.

Il me semble qu’il manque une compétence autour de l’apprendre à apprendre, je vous propose donc de co-construire la grille correspondante en utilisant le pad accessible ici.

Merci à chacun pour votre contribution ! 😉

PS : Cette traduction est toute personnelle, n’hésitez pas à m’informer de toute erreur ou formulation malheureuse.

Interactions dans un groupe d’apprenants

euvent Plusieurs stratégies peuvent animer un groupe d’apprenants et caractériser les interactions qui se vivent entre les différents participants. 4 organisations différentes sont présentées et caractérisées ici : collaboration, confrontation, compagnonnage et compétition. Après avoir étudié l’intérêt de chacune, on verra la pertinence de les associer.

1 – La collaboration

La collaboration est pertinente dans le cadre d’une pédagogie par projets ou par problème, à condition que la tâche ne soit pas réalisable seul. Dans ce contexte, il ne suffit pas de dire aux apprenants « vous allez collaborer, débrouillez-vous ! », il faut les accompagner dans l’organisation du travail : l’alternance de temps seuls et en groupe, l’organisation et l’animation de réunion de travail, le repérage d’étapes ou de tâches pour définir un calendrier et répartir les responsabilités, … Une collaboration effective où l’on ne peut plus discerner le travail des différents participants permet aussi de faire prendre conscience de l’aspect collectif de la paternité de la production finale.

De telles situations d’apprentissage permettent de travailler spécifiquement des compétences directement utilisables en contexte professionnel (communication, collaboration, écoute, …).

L’outil du web qui correspond le mieux à cette organisation est historiquement le wiki, mais des outils plus récents de collaborations comme ceux proposés par framasoft (framapad, framindmap, etc…) peuvent être encore plus pertinent.

2 – la confrontation

J’entends par confrontation, les phases d’échanges, de lecture croisée, qui peuvent traiter aussi bien du contenu ‘métier’ que des compétences sociales ou des méthodes de travail mises en œuvre au cours d’une activité antérieure. Typiquement, ces confrontations sont utilisées dans les activités de correction par les pairs, largement répandues par les MOOC. Elles nécessitent d’être préparées en amont par une analyse réflexive individuelle et accompagnées par des grilles de lectures partagées voire négociées avant l’activité afin de préciser le plus explicitement possible les objectifs et les attentes. Cette confrontation n’est efficace que si chacun est prêt à entendre le retour ‘miroir’ et s’approprier les remarques émises.

Un outil pertinent pour cette organisation est le blog avec ses commentaires qui permettent aux pairs d’apporter leur éclairage sur chaque billet.

3 – Le compagnonnage

Le compagnonnage est une organisation pertinente pour développer des compétences métiers. C’est un mode d’organisation où chacun avançant dans son travail s’appuie sur ses pairs pour découvrir, développer, comprendre des nouveaux savoirs ou savoir-faire. On est dans un modèle de ‘triche organisée’ où les pairs sont des ressources, au même titre que l’enseignant ou un livre. On apprend en questionnant et en regardant faire. Ce modèle est courant en entreprise où l’on cherche l’efficacité mais souvent interdit dans un contexte scolaire où l’on évalue majoritairement la production personnelle. Un exemple intéressant de cette pratique se retrouve dans le pair programming où l’on organise des binômes de développeurs informatiques et l’on intervertit la personne qui est face au clavier toutes les heures. Cette stratégie permet d’avoir en permanence une personne qui relit, vérifie, prend du recul par rapport au développement en cours, observe la personne qui code et apporte ses conseils. Il paraît que cela assure un code de meilleure qualité et permet à chacun des membres du binôme de monter rapidement en compétences.

Le forum est l’outil emblématique du compagnonnage, mais on ne peut pas ignorer youtube avec ses collections de tutoriels vidéo.

4 – la compétition

La compétition n’a que peu de plus-value pédagogique intrinsèque mais est un fort ressort de motivation, tant qu’elle ne génère pas une pression trop forte sur les apprenants (certains concours peuvent s’avérer destructeurs, mais l’objectif est alors bien plus la sélection des meilleurs que la motivation des apprenants.)

5 – Synthèse

intéractions dans un groupe d'apprenants : collaboration, confrontation, compagnonnage, compétition

Le schéma ci-dessus permet de faire une synthèse graphique de ces différents modes d’organisation qui ne sont pas incompatibles, bien au contraire ! On peut en effet envisager de mêler collaboration et compétition en organisant un concours par équipe. C’est, semble-t-il, une organisation pédagogique des plus stimulantes pour les élèves/étudiants (cf. interivew de F.Taddei).

De même, on peut tout à fait envisager des temps d’analyse réflexive et de confrontation tout au long d’une activité collaborative pour faire le point sur l’organisation au sein de l’équipe, les compétences développées par les uns et les autres, les choix stratégiques réalisés mais aussi les connaissances acquises sur le domaine étudié. Enfin, il serait dommage de ne pas s’appuyer sur les compétences des différents participants et de faciliter leur partage et diffusion.

Il me paraît essentiel de prendre conscience que si dans un contexte professionnel, l’objectif principal est la production et l’apprentissage n’est qu’un bienfait collatéral, dans un contexte de formation, l’objectif principal est l’apprentissage de chacun et la production est un moteur de motivation et de sens. Pour aller plus loin encore, on peut rappeler ce que disait P. Meirieu dans outils pour apprendre en groupe : « Quand un groupe scolaire est tendu vers l’extérieur par la priorité accordée au projet, il se fige sur lui-même, alors que, au contraire, quand il se tourne sur lui-même et se considère sous l’angle des progrès qu’il peut faire accomplir aux personnes qui le composent, il a un fonctionnement réellement projectif. »

Bonne année à chacun(e) !

Des familles d’outils numériques

Lors du précédent article, j’ai tenté de récapituler les différents usages des outils numériques que l’on rencontre. Voici une nouvelle version de cette carte avec une structuration par famille. On y retrouve les outils pour échanger, se divertir, traiter des données, organiser son temps, apprendre et acheter.

Des outils numériques pour_14_par famille V2

A débattre …

Des outils numériques pour …

A quoi servent tous les outils outils numériques que l’on nous propose ? Quel usage en faisons-nous ? Il me semble important de repérer ces usages pour pouvoir ensuite former et accompagner nos publics (qu’ils soient élèves, étudiants ou stagiaires) dans une utilisation raisonnée et pertinente des outils numériques.

Voici un premier jet de cartographie de ces usages. N’hésitez pas à proposer d’autres usages, il en manque sans doute et la liste n’est pas limitative …Des outils numériques pour : Communiquer, s'informer, archiver, partager, créer, collaborer, automatiser, planifier, analyser, simuler, écouter, lire, visionner, acheter, jouer, capter, mesurer

 Mises à jour :

le 26/09/15 : ajout de Ecouter, lire, visionnerAcheterSimuler Jouer.

le 28/09/15 : ajout de Mesurer, capter et modification de Organiser en Planifier.

Publié dans outils, TICE. 42 Comments »

Adaptive learning : présentation et enjeux

L’article de Philip Kerr (en anglais) présente un panorama complet de l’adaptive learning (apprentissage adaptatif) en partant des mécanismes mis en œuvre pour aller jusqu’aux enjeux sur l’éducation. Voici ma synthèse de cette ressource pertinente.

1 – Présentation de l’apprentissage adaptatif

Vous pouvez accéder en cliquant sur la carte ci-dessous à une synthèse de la partie ‘présentation’ de l’article qui regroupe les différents éléments présentés selon trois modèles : le modèle pédagogique, le modèle économique et le modèle de données construit et exploité.

adaptive learning

adaptive learning

Cette approche de l’enseignement induit quelques réflexions critiques, présentées dans l’article et que je partage.

2 – Le modèle est dicté par le marché

Ça n’est pas nouveau, c’était déjà recherché avec les MOOC, mais cela devient de plus en plus clair. On est loin de la philanthropie angélique prônée par les évangélistes des MOOC. L’idée est clairement de proposer un outil économique pour faire apprendre les étudiants. La solution proposée est considérée comme le meilleur compromis coût-accès-qualité.

On peut voir que des financeurs de premier rang soutiennent cette démarche (OMC, OCDE, fondation B&M Gates, etc…). Ces subventions, sans doute conséquentes, permettent de limiter l’impact de la R&D sur le coût global du produit et d’accélérer sa rentabilité.

3 – L’individualisation des parcours

L’apprentissage adaptatif peut effectivement être pertinent pour résoudre partiellement des problèmes d’hétérogénéité des classes. Cependant, ça n’est pas la seule solution. Anne Sliwka propose une autre vision dans son article From homogeneity to diversity in German education qui se résume dans le schéma ci-dessous :

homogénéité-hétérogénéité-diversitéJ’apprécie particulièrement cette approche, plus exigeante pour l’enseignant, mais qui ne vise plus une individualisation mais une personnalisation du parcours (cf. l’individu, la personne et le MOOC).

4 – L’enseignant est tenu d’évoluer

On le disait déjà avec les MOOC (et même avant), on le redit encore ici… Mais cela semble de plus en plus inévitable. L’apprentissage adaptatif est sûrement un bon outil pour tout ce qui tient de la mémorisation de savoirs et de ‘gestes élémentaires’ (par exemple pour la prise en main de logiciels). Mais si tout le contenu est ainsi proposé en ligne, le cours en face à face doit évoluer pour être un espace de manipulation, d’intégration et de développement de compétences.

Marcel Lebrun ne disait pas autre chose en 2009 : si l’enseignant a peur de disparaître face au numérique, il a sans doute raison … s’il n’apporte pas une plus-value significative de questionnement, de validation, de sens (à la fois orientation et signification) pour les étudiants.

Cette évolution nécessaire doit être intégrée rapidement pour accompagner et former les enseignants à ces démarches et éviter qu’ils ne soient déqualifiés. Ce travail a aussi un coût qu’il va falloir prendre en compte (et pour l’instant, les financeurs de la R&D cités ci-dessus ne se sont pas positionnés pour cette dépense).

5 – Quel modèle d’enseignement-apprentissage voulons-nous ?

L’apprentissage adaptatif propose l’accumulation d’un savoir atomisé et vise une tête bien pleine. Cette approche ne semble pas suffisante. L’enseignement doit surtout développer des compétences de haut niveau : apprendre à apprendre, esprit critique,  créativité, travail en équipe/collaboration, …

Encore une fois, il ne faut pas croire que la technologie (MOOC, apprentissage adaptatif ou autre) sera LA solution magique a tous les problèmes. Par contre, son usage raisonné dans une démarche construite peut offrir des contextes d’enseignement riches et tout à fait pertinent.

De même, une base de la pédagogie est de proposer des activités variées : ne nous limitons donc pas à la solution ‘buzz’ du moment.

Conclusion en forme de vœux

Il est temps que les acteurs de l’éducation, à tous les niveaux, se réveillent et redéfinissent notre modèle éducatif si l’on ne veut pas subir demain un modèle dicté par le marché globalisé et des groupes étrangers : le français étant une des langues les plus parlées du monde, des éditeurs vont sans doute vite proposer des outils pour la francophonie et donc interférer sur notre modèle éducatif national…

Je vous souhaite donc une belle année 2015, année du réveil pour construire ensemble un modèle éducatif qui ne se limitera pas à l’aspect pédagogique mais intégrera aussi l’aspect économique…

Un MOOC pour former ses équipes

Vous souhaitez former vos équipes en vous appuyant sur un MOOC en prévoyant un accompagnement spécifique en interne ? Moi aussi ! Voici un point d’étape de mes réflexions à ce sujet, fruit d’une première expérience lors d’ITyPA2. Je suis plutôt intéressé par l’utilisation des MOOC connectivistes (cMOOC), mais  ces réflexions peuvent sans doute s’appliquer à de MOOC plus ‘académiques’ et directifs (xMOOC).

team meeting

1 – Le choix du MOOC

Eh oui ! la première question est bien sûr : « sur quel MOOC vais-je m’appuyer ? »

Pour répondre à cette question, je vous propose de répondre d’abord  aux trois questions suivantes :

  1. Quels savoirs / savoir-faire / compétences je souhaite voir mes équipes développer ?
  2. Combien de temps puis-je libérer mes équipes pour cette formation (par semaine et sur combien de semaines) ?
  3. Quelle est la période la plus pratique pour cette formation ?

Maintenant, vous pouvez consulter quelques sites (la liste n’est pas exhaustive) où vous trouverez peut-être votre bonheur.

Les MOOC francophones (il y a sans doute des recouvrements entre ces différents sites) :

Les autres MOOC sur les différentes plateformes :

2 – La présentation aux équipes

Vous avez choisi le MOOC adapté et vous devez maintenant présenter le dispositif à vos équipes. Il est important d’expliquer  :

  • Pourquoi monter une formation s’appuyant sur un MOOC ? (ça pourrait faire l’objet d’un prochain billet …)
  • Pourquoi ce MOOC-là ?
  • Comment va se dérouler la formation ? (durée, temps libéré, modalités, outils, …)
  • Quels sont les objectifs et attendus de la formation ?

Lors de cette présentation, vous expliquerez bien sûr vos critères de choix du MOOC sélectionné en vous appuyant sur les objectifs affichés. Il est important à ce moment-là de laisser une certaine liberté aux participants sur la définition de leurs objectifs personnels propres dans cette formation, et cela pour deux raisons :

  • C’est un facteur de motivation important que de pouvoir faire des choix dans une formation, et le choix des objectifs n’est pas un choix anodin.
  • Vos collaborateurs savent ce dont ils ont besoin, parfois mieux que vous. Ce serait dommage de passer à côté de cette information !

Ces différents points pourraient être regroupés dans un syllabus qui présente le dispositif de façon la plus claire possible en insistant sur l’alignement entre les objectifs, les méthodes et les outils voire l’évaluation.

3 – Le positionnement

En plus des objectifs personnels visés, il me semble important que chaque participant vivent un positionnement pour faire le point par rapport aux pré-requis nécessaires.  Plusieurs aspects sont à étudier  avec à chaque fois des exemples de réponses possibles qui seraient à affiner:

a) Quel rôle tenir dans le MOOC ?

  • acteur proactif  : initiateur d’activité, producteur de ressources …
  • acteur réactif : suiveur sur des travaux collaboratifs, commentateur de billets, …
  • spectateur collectif : curateur et diffuseur de contenu (pour un groupe identifié ou non),
  • spectateur personnel : suivi de l’activité pour son propre compte.

b) Quelle attitude face au partage ?

  • « qu’ai-je d’intéressant à partager ? »  : on filtre avant de partager,
  • « en quoi ce que j’ai à partager est intéressant ? » : on est prêt à partager mais on doute de l’intérêt de sa contribution,
  • « je partage, ceux que ça intéresse y trouveront leur compte » : on partage sans évaluer l’intérêt de sa production ni les retombées qui peuvent en découler.

c) Quelle capacité à apprendre en autonomie ?

  • quelles compétences informationnelles ? (recherche d’information, veille, repérage des ‘bonnes’ ressources, …)
  • quelle capacité à se fixer des objectifs ? (cf. SMART)
  • quelle capacité à l’analyse réflexive ? (prise de recul, relecture d’expérience)
  • quelle capacité à s’auto-évaluer ?
  • quelle capacité à gérer son temps ?

4 – Exploitation du positionnement : le pré-MOOC

Ces éléments vont vous permettre de faire le point avec vos équipiers : quelle est l’adéquation entre les objectifs visés et les compétences de chacun ? Cette analyse vous permettra de définir le contenu d’un pré-MOOC, afin de mettre à niveau vos équipiers pour qu’ils puissent suivre le MOOC dans de bonnes conditions. Ainsi, vous pourrez :

  • les initier à la prise en main des outils élémentaires que vous aurez repérés (plate-forme, twitter, blog, flux RSS, …),
  • leur proposer des outils méthodologiques,
  • travailler le partage et la mutualisation (au moins au sein de l’équipe).

5 – REL 2014

REL 2014 est un CLOM (Cours en Ligne Ouvert et Massif, francisation de MOOC) qui traite des ressources éducatives libres. La première semaine de ce cours propose des éléments qui rejoignent les pistes proposées ci-dessus :

Ces questions d’accompagnement me semblent essentielles et pour l’instant pas encore assez prises en considération par le plus grand nombre. Pour avoir un autre regard sur ce sujet, vous pouvez lire l’interview de Thierry Laffont, co-responsable du MOOC Le digital, vivons-le ensemble  qui propose des pistes intéressantes à intégrer lors de la conception d’un MOOC.

Cette démarche et ces réflexions peuvent aussi être utilisées par n’importe quel participant autonome à un MOOC.

N’hésitez pas à partager vos réflexions ou expériences à ce sujet …

Crédit photo : team meeting CC by r woodleywonderworks

#CLOM_REL : Ouvrir ses ressources, pourquoi ? ou pourquoi pas ?

120px-Logo_Ressources_Educatives_Libres_(REL)_mondial.svgJe me suis inscrit récemment au CLOM (version francophone du MOOC) REL2014 sur les ressources éducatives libres et je me pose la question des arguments en faveur de l’ouverture des ressources. Pourquoi les partager ? ou pourquoi pas ? Voici donc quelques éléments d’argumentation…

1 – Je travaille actuellement dans un service publique et il me semble cohérent que le fruit de l’argent public soit public (ce sont vos impôts qui payent mon travail). Tout le monde n’est pas d’accord avec ce principe, mais c’est une position que j’essaie de défendre …

2 – Le partage et le brassage d’idées sont enrichissant. Il est remis en question par les consommateurs profiteurs qui utilisent sans rien apporter (ni ressource, ni même commentaire ou partage d’expérience sur l’exploitation des ressources libres). Ceci étant, ouvrir ses ressources nous fait entrer dans une communauté en ligne qui respecte la règle du 90-9-1. Il ne faut pas donc s’attendre à un retour phénoménal…

3 – Partager ses ressources peut aussi être vu comme un acte marketing pour promouvoir ce que l’on fait et/ou ce que l’on sait faire.

4 – Enfin, en lisant le monde avec Internet de S. Soudoplatoff, je suis tombé sur ce passage :

« Ce ne sont pas vos brevets qui vous protègeront de la concurrence, mais votre rapidité d’exécution » (Auguste Detoeuf, premier président d’Alstom). Cette phrase est l’antithèse d’un monde basé sur le stock (le brevet en occurrence) et prône une économie de la valorisation, donc le flux. […] l’usage du savoir afin de résoudre des problèmes dans un contexte est ce qui porte de la valeur.

Cette réflexion rejoint ce que disait Thomas Friedman dans le NY Times : « The world only cares, and will only pay for, what you can do with what you know ».

Ainsi, la valeur n’est pas le stock des ressources mais bien dans la dynamique que nous pouvons créer autour, que ce soit en les associant, en les adaptant et en les utilisant pour rendre nos formations riches, actives, porteuses de sens et favorisant le développement de compétences …

C’est notre dynamique et notre capacité à innover qui sont notre vraie richesse. Les ressources que nous pouvons partager sont alors des indicateurs de cette dynamique !

Ces réflexions méritent d’être débattues, n’hésitez pas à réagir !

Crédit photo : Logo Ressources Educatives Libres (REL) mondial CC by Jonathasmello

%d blogueurs aiment cette page :